TAFTA : la France, pieds et poings liés ?

COMMUNIQUE DE PRESSE
 

TAFTA : la France, pieds et poings liés ?

La France a exprimé sa volonté de demander à ses partenaires européens l’arrêt des négociations du traité transatlantique (TAFTA). Pourtant, l’exécutif européen déclarait le 4 septembre dernier que les négociations se poursuivraient malgré les oppositions. Jeunes Agriculteurs, en plus de dénoncer le l’opacité des négociations, s’oppose fermement à cet accord de libre-échange qui s’avèrera destructeur pour le secteur agricole.

La France, par la voix  de Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, a marqué son désaccord dans les négociations du TAFTA. Reste maintenant à le défendre haut et fort devant nos partenaires européens le 23 septembre prochain à Bratislava lors d’une réunion informelle des ministres du Commerce.

« Le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur doit convaincre les autres Etats Membres que la direction que prennent ces négociations est dangereuse pour notre agriculture et notre alimentation. Il n’est pas question de sacrifier des filières au profit d’éventuels gains dans d’autres secteurs » explique Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs. « Si la Commission continue de faire la sourde oreille, quelles sont les marges de manœuvre de la France ? Est-il possible d’aller au-delà de ce qui ressemble depuis plusieurs mois à des coups d’épée dans l’eau ?»

Les produits agricoles ne sont pas des marchandises qui peuvent s’échanger comme les autres sur les marchés internationaux. Les produits agricoles sont liés à un territoire, ils reposent sur le travail de femmes et d’hommes au sein d’exploitations non délocalisables.

Il ne s’agit pas de s’opposer par principe aux échanges internationaux mais ceux-ci devraient avant tout servir la sécurité alimentaire des pays et protéger le droit à l’alimentation. Le modèle proposé aujourd’hui met en concurrence déloyale des exploitations de type familial. Nous prônons des échanges internationaux fondés sur la complémentarité entre  grands ensembles régionaux qui respectent avant tout les agriculteurs de tous les pays concernés.

En 2014, lors du sommet international des jeunes agriculteurs organisé par le syndicat [1], nous avons commencé à construire des propositions internationales sur le sujet des négociations commerciales. Les syndicats de producteurs doivent collaborer et construire ensemble des alliances transnationales.
 
[1] Signature du manifeste international des jeunes agriculteurs lors du sommet international, organisé par JA à Bordeaux le 4 septembre 2014 dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.